10 conseils pour réussir votre page Facebook !

Please connexion ou inscription pour aimer des posts.
News

Débuter sur Facebook en tant que page, ce n’est pas toujours évident. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la mission de Community Manager (animateur de communauté Internet) est petit à petit devenu un métier à part entière ! La question à laquelle nous allons répondre dans cet article est : comment rendre sa page Facebook attractive et pérenne ?

Personnalisez votre identité en tant que page

Dans un premier temps, définissez ce que vous voulez montrer, ce que vous voulez apporter à votre public. Puis, demandez-vous comment vous voulez le faire. Par le biais de l’humour ? Du sarcasme ? D’images ? De vidéos ? De textes ? D’articles ? Les possibilités sont multiples et vous pouvez bien sûr les varier mais définissez bien le ton de votre personnage.

Mais je ne veux pas que ma page parle de moi alors pourquoi devrais-je m’inventer un personnage ?

Le ton que vous emploierez, c’est ce qui personnifie votre page, qu’elle représente une marque, un magazine ou qu’importe. Cette personnification permet à votre communauté de se sentir plus proche de vous, de vous comprendre, ou mieux, de s’identifier à vous, voire parfois de vous prendre comme exemple. Par cette manière de procéder, les gens vous ressentent plus comme un humain que comme une machine qui publie aléatoirement. Vous façonnez ainsi votre image, créant de la fidélisation de la part du public. (Vous pouvez même vous amuser à donner un petit nom aux membres de votre communauté.)

kaamelott réplique les débiles
Oui, il y a de l’idée. Mais si vous me les vexez, vous n’allez pas fédérer grand chose…

Car oui, les pages sans identité sont souvent les plus inintéressantes à suivre : on regarde ce qu’elles publient, parfois c’est bien, parfois c’est pas bien, mais on ne se sent pas proche d’elles. Qu’elles soient là ou pas là, peu nous chaut. Car on ne s’intéresse pas à elles en tant que page, on ne s’intéresse qu’au contenu qu’elles partagent. Et si le contenu n’est pas unique, peu importe que ce soit elle ou une autre qui publie (donc pas de fidélisation). Ce qui nous amène au point suivant.

Créez votre propre contenu

Personne ne veut de doublons (deux fois la même publication) dans son fil d’actualité. Et pour être sûr que cela ne se produise pas, il vous faut monter vos propres images-vidéos / rédiger vos propres articles… Et rien ne sera aussi proche de votre ton que ce que vous créerez vous-même. Bien sûr, cela demande souvent beaucoup d’imagination et de créativité.

 Mais toi, tu partages souvent des images qui ne sont pas de toi, non ?

Le plus important, c’est que :

  1. Un certain pourcentage des contenus soit original et n’eût été vu nulle part ailleurs.
  2. Les contenus non-original n’aient pas circulé récemment (ou du tout) sur les plus grosses pages du genre. 
  3. Les sources soient citées.

Hahaha, car je vais être chiant avec ce dernier point, je vais d’ailleurs prochainement rédiger un article sur l’importance de citer vos sources. En attendant, je me permets de vous donner ce conseil : posez votre logo sur les images/vidéos de votre création en indiquant l’adresse de votre page (ou de votre site) ou au moins votre « nom de marque » dessus. Lorsque vous reprenez le travail d’un auteur, taguez sa page dans la description. Ça ne vous coûte rien, mais ne pas le faire n’est pas respectueux pour l’auteur et peut avoir un impact négatif sur votre e-réputation. (En bref, vous passez pour un connard). 

Pour connaitre sa source, vous pouvez soit passer par l’outil « Images » de Google, soit vérifier sur l’image elle-même si elle n’est pas indiquée. Méfiez-vous cependant des sites « répertoires » telles que 9gag, VDR, be-troll ou les pages affiliées à des groupes « Buzz » telles que Hero ou Melty qui taguent des images ne leur appartenant pas. Eux, inutile de les citer (personne ne les aime t’façon).

Une source est un auteur, citer « Google Image » comme source ne servira à rien (et vous passerez pour un débile). Toutefois, ce n’est parfois pas possible de retrouver l’auteur, notamment lorsqu’il s’agit de mèmes. Donc j’oserais vous dire : OK pour publier quand même un mème, NON quand il s’agit de fan-arts ou de dessins.

Il est aussi intéressant de partager des publications de petites pages car il y a peu de chances qu’elles eussent été vues par votre communauté. Il y a tellement de monde sur Facebook… Pour bien les sélectionner, comparez les nombres de réactions et prenez en priorité celles qui ont le mieux fonctionné. 

L’idée, c’est donc de proposer un contenu qui n’a pas déjà été servi 10 000 fois aux mêmes individus. Notez que plus vous serez présent sur Facebook, plus vous saurez ce qui est partagé. Ce qui peut vous également vous inspirer pour la suite. La veille est donc une activité fondamentale à la réussite de votre activité.

Attention, il est important de TOUJOURS rester dans le thème de votre page.

urgan kaamelott fidélité est mère de raison

Des textes courts et concis

Certains trouvent cela triste. Mais c’est indéniable : les contenus rapides et faciles à comprendre sont les contenus qui fonctionnent le mieux sur les Réseaux Sociaux. Mais comment faire si vous êtes une page documentaire, un roman, ou que vous nécessitez de longs paragraphes pour arriver à vos fins ?

Alors tout d’abord, sachez que vous n’avez pas choisi le format le plus facile ! Mais tout n’est pas perdu, cher ami. Pour contenter à la fois les flemmards (90% de Facebook) et les grands lecteurs que vous ciblez, vous pouvez par exemple faire une image dans laquelle vous écrirez le gros de l’information (ou un extrait), et développer ensuite à votre convenance dans la description. Entraînez-vous ainsi à synthétiser le plus possible vos propos afin d’obtenir un texte plus court mais plus dense.

N’oubliez pas que la plupart des utilisateurs sont sur Facebook pour se divertir (au-delà de rester en contact avec leurs amis et de garder un œil sur l’info). Alors… Divertissez-les !

Attention aux fautes d’orthographe

Votre crédibilité en dépend ! Relisez-vous toujours avant de publier. Lorsque vous avez un doute sur l’orthographe d’un mot, n’hésitez pas à vérifier sur Google. Pour vous dire, rien que pour cet article, je dois déjà en être à 5 vérifications sur Google, et je ne suis même pas sûr de faire un sans-faute. Le français est traître et vous devez apprendre à le dompter.

kaamelott karadoc bescherelle assassin

Publiez, que diable !

N’ayez pas peur de trop publier, il vaut mieux être trop actif que pas assez. Toutefois, essayez de conserver un espace régulier et raisonnable entre vos publications. L’idéal étant de les espacer d’au moins une heure chacune. Pour connaitre les meilleures horaires pour publier, allez dans vos statistiques (puis « publications ») pour voir quand votre communauté est active. Bien sûr, l’idéal est publier près des « heures de pointes » mais c’est aussi intéressant de publier lorsque presque aucune autre page ne publie (parfois, publier de nuit ou tôt le matin est une bonne idée).

Publiez aussi à des heures stratégiques en fonction de ce que vous proposez. Si vous vendez des hamburgers, vous privilégierez évidemment les horaires qui précèdent de peu le repas (11h30, 18h30…). Toutefois, je ne suis pas adepte des heures fixes car j’estime que ce sont les heures où la plupart des pages publient. Je vous conseillerais donc de publier à des heures finissant pas exemple par 06, 35, 52… Cela ne changera peut-être pas grand-chose, mais si ça peut vous permettre d’atteindre 2% de personnes en plus, c’est toujours ça de pris. N’ayez donc pas peur d’utiliser la fonctionnalité « programmer ».

Bref, 

elrond le seigneur des anneaux kaamelott sortez vous les doigts du cul

Se faire connaitre 

Ce sera la dernière étape, une fois que votre page sera bien en place et que vous serez régulier dans vos publications. Comment se faire connaître ? Proposer des échanges de pubs ? Mettre tout son argent de poche dans les Facebook Ads ?

Eh bien cette étape, c’est à la fois la plus chiante mais aussi la plus pro et complexe de votre stratégie de communication. Holà, on entre déjà dans des termes… WEB-MARKETING ! Aïe aïe aïe aïeuh. Bon, comment se faire connaitre ?

1. Des « échanges » intelligents

C’est bien sûr la première chose à laquelle on pense lorsqu’on veut commencer à prendre de l’ampleur : il partage ma page, je partage sa page, tout le monde est gagnant. Eh bien… C’est plus compliqué que ça. Pour rendre la tâche optimale et non-intrusive, nous allons procéder à ce que nous allons appeler « des échanges intelligents ». Pour y procéder, il vous faut déjà repérer un maximum de pages qui ont une thématique proche de la vôtre. Parmi celles-ci, sélectionnez celles que vous aimez vous personnellement et qui ont un ton proche du vôtre avec une communauté que vous ciblez particulièrement.

Vous pouvez ensuite contacter la page que vous avez choisi en proposant un échange intelligent : « je partage un des contenus (en te créditant ou en utilisant le bouton « partage ») et toi tu feras de même avec l’un des miens, et tu lâcheras un p’tit mot pour me recommander auprès de ta commu ». Bon, bien sûr, je vous laisse rédiger une tournure personnelle, très polie et humble, précisant que vous aimez sa page, que vous pensez que ce vous faites peut intéresser sa commu etc bref. Ça vaudra mieux qu’un partage de page direct « allez les voir c trop b1 », vous voyez le genre ?

Attention : ce genre d’échange fonctionne plus facilement lorsque vous avez vous-même plus ou autant d’abonnés que votre destinataire. Peut-être vaudra t-il mieux donc de commencer par les stratégies plus bas.

2. Proposer son contenu aux grosses pages

C’est dans la même idée que l’échange, sauf que comme votre communauté est plus petite, inutile de jouer la carte de « l’échange ». Contentez-vous de montrer aux plus grosses pages du thème ce que vous faites et proposez leur de vous partager en vous créditant si le contenu leur plait. Cela peut être intéressant pour eux car ce sont souvent des pages en constante recherche de contenus pertinents.

3. Partager son contenu dans les groupes

Très important avant : intéressez-vous au groupe dans lequel vous voulez publier, lisez bien la description et potentiellement leur message épinglé pour voir s’ils autorisent des « pubs » ou alors demandez la permission à un administrateur. Lors du partage c’est pareil, contentez-vous d’y partager votre publication et d’éventuellement proposer de vous suivre, et non de faire trop « commercial » de sorte à laisser croire que vous ne publiez que pour faire votre pub. Pensez plutôt à eux : je vous apporte ceci, et si ça vous plait, venez chez moi et non à vous : je vous partage ceci pour que vous veniez chez moi. Vous saisissez la nuance ?

4. Facebook Ads

Si vous êtes prêts à investir un peu d’argent pour accroître votre portée (et par conséquent votre nombre de j’aime si c’est bien fait), vous pouvez glisser un peu de sous dans le boost de publication. Pensez à bien sélectionner vos publications (en priorité celles qui fonctionnent le mieux), à être sûr que le public (qui ne vous connait pas attention) comprendra, même sans vous suivre. Et enfin à bien cibler les personnes (par âge, centre d’intérêt, pays, voir ville…). C’est un exercice qui peut s’avérer parfois difficile en fonction de votre thème. C’est à vous de réfléchir à la meilleure stratégie. (Vous pourrez aussi sans doute retrouver des petits guides sur Google).

Résultat de recherche d'images pour "kaamelott urgan"

Créez un groupe affilié à votre page

Depuis quelques mois, l’algorithme Facebook privilégie les publications des groupes (et de vos amis) plutôt que celles des pages. Tout simplement car les groupes encouragent davantage la communication entre les membres. Il y sera aussi intéressant de partager certaines publications de votre page directement dans votre groupe.

Créez donc un groupe pour que votre communauté puisse s’y retrouver, se rapprocher et participer. Vous pourrez ensuite nommer votre page administrateur de votre groupe.

Restez informé des nouvelles stratégie e-marketing

Même si vous n’êtes pas professionnel, rien ne vous empêche de rejoindre des groupes et pages tels que Le Journal du Community Manager pour rester toujours à la pointe.

Bannir les parasites

Par parasite, j’entends ce qu’on appelle communément les « Haters » (haineux), des individus qui, quoi que vous fassiez, chercheront à vous rabaisser. Lorsqu’un individu comme tel vous manque de respect sur votre page, bannissez-le purement et simplement de cette dernière.

Cela ne remet-il pas en cause la liberté d’expression ?

Comme toute forme de liberté, la leur s’arrête là où la vôtre commence. Comme dit l’adage « Qui vient sonner à ta porte te traiter d’enfoiré, finira par avoir les parties génitales amochées. »

oss 117 airways

Apprenez et développez vos propres stratégies

Je vous ai fournis, par le biais de cet article, une petite rampe de lancement, ça vous aidera peut-être à peaufiner vos stratégie, à comprendre comment faire fonctionner vos publications et à conserver une bonne e-réputation. Mais il faut avant tout que vous y preniez du plaisir. Il vaut mieux avoir une bonne petite page et adorer y publier qu’une grosse et s’y emmerder car ce n’est pas ce que vous voulez en faire. Vous l’aurez compris, ce qui compte, ce n’est pas la taille, c’est la façon de s’en servir.

À force de publier, de prendre de l’expérience, vous pourrez développer vos propres stratégies et peut-être même déclasser les plus grands experts du secteur. Alors soyez, actif, amusez-vous, et redonnez-nous espoir en la qualité des pages Facebook en enterrant tous ces putaclics.

 

Victor Demilly, administrateur de la Comté du Geek

En recherche d’un Community Manager ou envie de sponsoriser La Comté du Geek ?
Vous pouvez me contacter sur mon adresse mail : vicdemilly@gmail.com

Laisser un commentaire