Kaamelott – Épisode fictif n°1 Anno Domini

Please connexion ou inscription pour aimer des posts.
News

Voici le premier épisode d’une petite série fictive sur Kaamelott reprenant les codes des premières saisons.

Ces épisodes vous sont proposés par Buzit le Barde, ces contenus n’ont d’autres buts que de distraire les amateurs de la série Kaamelott et rendre hommage à son créateur Alexandre Astier. Les screenshots ont un but purement illustratif. Ils sont tirés des vidéos des épisodes de Kaamelott. Les noms qui ne font pas partie du domaine public restent la propriétés des auteurs. Le créateur de cette page n’est en rien lié avec la série. Vous pouvez relayer ces contenus en veillant à toujours créditer la page Facebook de l’auteur

PROLOGUE

ARTHUR : Père Blaise ? Avant de lever la séance, il reste des choses à voir ?
PÈRE BLAISE : On a une missive du Pape qui nous sollicite pour proposer un nouveau calendrier. Alors, heu, y a rien d’obligatoire, mais bon, si on pouvait valider : ça permettrait d’être bien vu en haut lieu.
ARTHUR : Être bien vu en haut lieu, qui ça ? À part vous… Être bien vu par l’autre-là, tout le monde s’en fout.
PERCEVAL : De qui ça ?
En chœur : Le pape !

Kaamelott Père Blaise

ACTE 1

LÉODAGAN : Non mais c’est bon ! Un nouveau calendrier, si c’est pour faire un gros mic-mac et s’emmêler les pinceaux : je vois pas le progrès. C’est pas déjà les espingos qui en ont mis un en place y a une dizaine de lustres ? Franchement on y entrave que dalle… et déjà, qu’est-ce qu’on en a à carrer de la Pax Romana en Hispanie …
CALOGRENANT : C’est sûr que c’est pas simple les calendriers… Selon que vous parlez à des égyptiens, des byzantins, des juifs, des romains … y a des écarts de 1000, 2000, 3000 ans …
ARTHUR : Des égyptiens, des juifs, des byzantins ? Ah, bah, ça doit drôlement vous perturber là-haut en Calédonie… Ça vous pose problème pour tailler le bout de gras à table ?
PERCEVAL : Chez nous à Caerdydd on se base sur la lune ; mais comme elle se lève n’importe quand cette conne, du coup on est toujours décalé… C’est super crevant.
DAGONET : Quand je suis allé en Judée, les chrétiens de là-bas, ils s’appellent « coptes » et eux aussi ils ont leur calendrier à eux !
GALESSIN : Les grecs, ils comptent en Olympiades, ça fait des années de 4 ans.
LÉODAGAN : Oui et ces cons ont des siècles de 100 ans, c’est beaucoup trop long ! vous parlez d’un beau merdier… Nous avant, un siècle c’était 30 ans, 1 par génération. Pourquoi nous on reviendrait pas au nôtre de calendrier ? C’était quand même pratique.

Kaamelott Galessin Léodagan
ARTHUR : Il s’agit pas de savoir si on garde celui de César ou si on revient au calendrier Celte, ou je sais pas quoi, mais de voir si oui ou non on adopte celui du Pape !
LÉODAGAN : C’est facile à savoir : il suffit de regarder lequel file le moins de jours de congés aux pécores ! Parce qu’entre le jour de ci, la fête de mi. Ils commencent un peu à en prendre à leur aise les bouseux.
ARTHUR : C’est vrai que si on fait le compte, entre les restes des fêtes païennes, les fêtes romaines, et les fêtes chrétiennes … Cette année j’ai pas l’impression qu’il y a eu beaucoup de jours de boulot !
PÈRE BLAISE : 55 !
ARTHUR : Quoi ?
PÈRE BLAISE : Cette année il y a eu 55 jours obligatoires
LÉODAGAN : Hein ? Ça fait à peine un jour par semaine ça ! Faut prendre des mesures radicales immédiates sinon moi je réponds pu de rien.
PERCEVAL : Y’a pas à mesurer, 52 sur 55, ça fait exactement 0 virgule 94 54 54 54…
ARTHUR : Pour une fois beau-père je peux pas vous donner tort.
PERCEVAL : 54 54 54 54…
LÉODAGAN : Avec vos manies aussi de vouloir améliorer la condition du peuple, abolir l’esclavage pour faire moderne : on voit le résultat.
ARTHUR : J’ai jamais promulgué de loi qui dit qu’ils doivent pu rien foutre non plus.

ACTE 2

LÉODAGAN : Dans votre nouveau calendrier là y a combien de jours de glandouille à prévoir ?
PÈRE BLAISE : C’est pas spécifié. Ça définit juste comment on compte les années par rapport à la naissance de notre seigneur Jésus Christ.
LÉODAGAN : Du coup on fait ce qu’on veut pour les jours fériés ou pas ?
PÈRE BLAISE : Ah oui, y a pas de consigne ! (pause) Mais bon y’a les incontournables : dies dominicus : le jour du seigneur… 1 fois par semaine c’est un minimum; Noël, l’épiphanie, l’annonciation, la transfiguration, l’assomption, l’immaculée conception … On y coupe pas.
PERCEVAL : 54 54 54 54…
LÉODAGAN : Bon ça va. Ça en fait une soixantaine à tout casser. Au moins on va les remettre au boulot les pedzouilles.
PÈRE BLAISE : Ça c’est les fixes. Y’a les computs !
ARTHUR : Les con … quoi ?
PÈRE BLAISE : Les fêtes mobiles. De comput, calculer : les fêtes qui se calculent. Pâques, Mardi Gras, Mercredi des Cendres, la Semaine Sainte, les 3 jours des Rogations, le jeudi de l’ascension, celui de Pentecôte et, celui de la Fête de Dieu.
LÉODAGAN : Ça commence… Mine de rien, on s’en prend encore une bonne quinzaine dans la poire là !

Kaamelott Léodagan Galessin
GALESSIN : En tant que fédéré j’ai rien a dire, mais comme vassal je dois remonter tout ça au roi Loth… Et là je parle au nom de l’Orcanie : si c’est que des fêtes chrétiennes, à mon avis, ça va pas le faire.
ARTHUR : Il faut garder quoi d’après vous dans le genre « ancestral » ?
GALESSIN : La semaine de Samin, à la fin des travaux des champs… C’est impératif. Et y’a Imbolc aussi que tout le monde connait. Et la fête de Beltan de purifications des bestiaux par les druides. Les croquants, c’est superstitieux. Et Lugnasad ! Ça c’est histoire de leur rappeler qui c’est le patron.
LÉODAGAN : Et pan, encore une dizaine dans la tronche ; mais j’admets, celles-là, on a pas le choix. Ça y est on a fait le tour ou faut ajouter les odes aux fleurs et aux petits oiseaux ?
BOHORT : Tout de même Sire, on ne peut pas négliger les quelques fêtes romaines qui apportent la joie et la concorde : La fête de Vulcain à la fin des moissons ! Meditrinalia pour les vendanges, c’est important… et Matronalia, Sire : en l’honneur de toutes les mamans !
ARTHUR : Tant que c’est pas avec présence obligatoire, admettons.
LÉODAGAN : Et pourquoi pas la fête du macramé tant que vous y êtes !
PERCEVAL : 54 54 54 54…

Kaamelott Perceval

ÉPILOGUE

ARTHUR : Père Blaise, si on prend votre nouveau calendrier, vous en êtes à combien dans le décompte des jours de célébration ? Il reste combien de jours travaillés ?
PÈRE BLAISE : Alors, avec les 2 dernières demandes du seigneur Karadoc qu’on a réussi à regrouper en une « fête du chou et de la saucisse » … En jours travaillés… Il reste… Ben… Comme maintenant… 55 !
NOIR
LÉODAGAN : Ah non ! Moi je vous le dis, ça va faire 54 : je viens à l’instant d’instaurer la fête de « Mon Pied Au Cul ». Y’a des amateurs ?
PERCEVAL : 54 54 54 54…

 

Si l’épisode vous a plu, rendez-vous vendredi prochain pour l’épisode 2 !

2 comments on “Kaamelott – Épisode fictif n°1 Anno Domini

  1. Pingback: Kaamelott - Épisode fictif n°3 : Sankt Padraig

  2. Pingback: Kaamelott – Épisode fictif n°2 : Merlin Pinpin

Laisser un commentaire