PokéLand : l’Alpha est ouverte au Japon, voici comment bien démarrer ce petit jeu

Please connexion ou inscription pour aimer des posts.
News

Introduction

PokéLand est sorti aujourd’hui au Japon, du moins son alpha. Pour ceux qui ne le savent pas, c’est un petit jeu Pokémon au gameplay particulièrement simple. [Pour le télécharger, il vous suffit de vous rendre sur le site d’Eclypsiaoù toute l’installation est expliquée. Pour la suite, c’est ici que ça se passe !]

La petite difficulté pour ce test, c’est évidemment que le jeu est en japonais. On ne va pas vous le cacher, on a pas tout compris… Mais en une petite heure de partie on pense avoir la plupart des informations.

On commence avec la base de la base pour vous aider. Sur l’écran principal (un gros truc bleu) vous devez attendre que la barre de chargement se remplisse. Ensuite, appuyez sur l’écriture blanche qui s’est affichée.

Par la suite vous avez donc accès au jeu. Attaquons directement avec vos Pokémon. Vous pouvez y avoir accès en appuyant sur l’icône en bas à gauche puis sur le symbole de Pikachu, qui apparaît juste au dessus.

Niveau classement, par défaut, c’est la puissance qui compte. Le chiffre à droite de la tête de votre Pokemon. Vous commencez l’aventure avec un Rattata tout pourri, mais finir les instances vous permet d’en récupérer d’autres.

Sur cette page vous avez aussi accès aux types de vos Pokemon, sous forme de Logo, et à leur vie (la barre bleu.).

En bas à droite, vous pouvez modifier l’ordre d’affichage des Pokémon (par espèces, type, vie, etc.). Et en bas à gauche vous pouvez fermer la fenêtre.

Les instances

Préparation

On va appeler ça comme ça, parce qu’on ne sait pas comment ça s’appelle en réalité. Vous arrivez donc sur cette image. Une île au fond avec des icônes de Pokemon : il faut appuyer dessus pour accéder aux instances.

Dans l’immédiat, commençons par les icônes en haut. Les carrés, avec des Pokémon, leur ombre ou des points d’interrogation sont votre Pokédex. En gros, vous y voyez les Pokémon disponibles sur l’île face à vous. Sont colorés ceux que vous avez capturés, visibles ceux que vous avez rencontrés et invisibles ceux qu’il vous reste à trouver.

Du coup votre but ça va être de compléter ça en débloquant d’autres instances. Et oui, une fois les trois que vous voyez terminées, le boss apparaît. Une fois battu, il disparaît pour ne laisser que ces trois là.

Du coup, pour en débloquer d’autres, vous devrez utiliser le radar, en bas à droite, qui permet de détecter d’autres instances disponibles. Le gros « 2 » c’est le nombre d’utilisations disponibles, juste au-dessus le chronomètre jusqu’au prochain point.

Elles s’affichent comme vous le voyez juste à droite : le Pokemon est cerclé de vert et jaune et possède deux étoiles. Cela correspond au niveau de difficulté, d’où l’intérêt de sélectionner votre Pokémon le plus puissant en Pokémon principal. Pour ça, il vous suffit de cliquer dessus dans votre liste de Pokémon.

Déroulement

Le chemin vers la victoire

Une fois cliqué sur l’icône de l’instance que vous voulez commencer, un court écran de chargement vous amène en jeu. Vous n’avez en réalité qu’à taper sur l’écran, des deux pouces c’est le mieux, pour que votre Pokémon attaque.

Inutile de gérer la direction ou l’avancée, tout ça est automatique. Vous, vous pouvez mettre le jeu en pause, en haut à gauche, ou changer de Pokemon, en bas à gauche.

Donc, vous n’avez qu’à avancer sur une distance relativement grande étant donné le peu de GamePlay. Vous n’avez en effet pas grand chose d’autre à faire qu’appuyer en boucle jusqu’à arriver à la fin.

En battant les différents Pokémon, vous gagnez des Pokédollars sous forme de pièces dorées. De temps en temps, vous aurez aussi des Pokéballs contenant de nouveaux Pokémon pour vous, elles seront ouvertes en fin d’Instance.

Le boss

Donc une fois le long chemin terminé, vous arrivez sur le boss. On vous le présente par un zoom sur lui alors que vous entrez dans la zone de combat.

Par la suite, ladite zone est fermée par des piliers, et vous devez donc le combattre. Il fait appel à des Pokémon de sa sous-évolution qui ne sont là que pour vous empêcher de le toucher et vous retirer de la vie. En effet, comme le GamePlay se contente d’attaque, vous ne pouvez pas viser.

J’en profite pour glisser ma petite astuce : comme le Pokémon attaque son ennemi le plus proche, faites glisser votre doigt dans la direction qui permettra de cibler celui que vous voulez. Votre Pokémon va foncer par là, ça vous permet de viser un minimum. Vous pouvez également charger une attaque en restant appuyé mais ce n’est pas franchement pratique…

La petite « difficulté », qui n’en est pas une en début de partie, est que le boss attaque plus fort que ses sbires. Avec un Pokémon suffisamment puissant, ça ne devrait pas poser de problème à votre vie… D’autant que vous pouvez switcher et esquiver avec un peu d’entrainement.

Les récompenses

Voilà vous avez fini de battre ce boss, et vous avez le bonheur de terminer cette instance. En chemin, vous avez pu récupérer des Pokéballs et là, un coffre vient de spawn sous vos yeux.

Une fois le magnifique « CLEAR! » vert savouré, vous avez accès à votre page de récompenses.

C’est ici que s’ouvre le coffre : son prix s’affiche sous son dessin. Pour le moment nous n’avons eu que des coffres gratuits, on imagine que des coffres spéciaux coûteront plus chers. Ou coûteront tout court.

Vous cliquez dessus pour l’ouvrir puis une nouvelle page s’affiche vous indiquant votre gain. Le premier symbole Pokédollar correspond à la somme présente dans le coffre. Le second vous indique l’évolution de votre solde avec votre nombre de pièces initial puis une flèche menant à votre nouveau solde.

Viens ensuite l’ouverture des Pokéballs récoltées pendant l’instance. Elles s’ouvrent les unes après les autres.

En cas de nouveau Pokemon un « NEW » jaune s’affiche. Rien dans le cas contraire. Au-dessus de ces ouvertures, vous pouvez voir une barre bleue qui se remplie. Il s’agit de votre barre d’expérience à vous, dresseur.

Lorsqu’elle est pleine, votre niveau, à gauche, augmente. On ne va pas vous mentir : on ne sait pas encore vraiment à quoi ça sert… On pense que ça joue sur les tournois, qu’on voit juste après, mais ça ne peut pas être que ça.

Les tournois

Accès

Voilà, vous avez fait quelques instances et vous avez maintenant accès aux tournois. Pour venir sur l’île concernée, vous devez appuyer sur l’une des flèches bleues apparues de chaque côté de l’écran de jeu.

Le logo qui nous intéresse pour le moment est celui du centre : la grosse Pokéball avec des lauriers pour l’entourer, sur une grande tour. Je pense qu’il y a des petits trucs à compenser dans l’équipe de développement du jeu.

Préparation

Une fois que vous avez appuyé dessus, vous vous retrouvez sur une liste d’instances disponibles. Il s’agit d’étages, le but va donc être de monter tout en haut de cette tour de compensation phallique.

C’est là que le niveau semble importer. À côté du numéro de l’étage, une couronne et un chiffre. On estime donc qu’il s’agit de ça et que, si on a pas assez de niveau, on ne peut pas accéder au donjon.

Vous pouvez aussi voir des gemmes. Les emplacements, de base, sont vides. Il s’agit d’objectifs au sein des donjons. On vous en reparle après. Au-dessus de ça, on imagine que c’est le nom de l’étage… Mais ce ne sont que des suppositions !

Du coup, vous sélectionnez l’étage que vous allez combattre et vous atterrissez sur cette interface là, à droite. Vous y voyez le boss, ici un Dracaufeu (aux ailes atrophiées) et, en appuyant sur le « i » vous avez accès à des informations de base (force, types…).

En-dessous, vous devez composer votre équipe. Comme vous le voyez, vous avez le droit à trois Pokémon qui attaqueront tous ensemble, et non pas les uns après les autres. Par défaut, seul votre Pokemon principal est dans l’équipe, il vous faut cliquer sur les autres cases pour en ajouter.

Une fois votre équipe composée, il faut appuyer sur le gros bouton orange en bas au centre pour lancer la partie.

Le combat

Les Instances de la tour, Tournois, ou qu’importe leur nom, se divisent en vagues. Il y en a vraisemblablement cinq avant l’arrivée des boss.

Au total, vous disposez de 90 secondes pour venir à bout de l’ensemble de vos ennemis, grâce à vos trois Pokémon. Vous contrôlez celui qui était en tête de liste, c’est donc ses mouvements à lui qu’il vous faudra surveiller.

Rien de sorcier, le système de combat est le même que sur un boss d’Instance mais sans le boss.

J’ai dis « des » boss parce que non, vous n’affrontez pas un gros boss mais trois mini-boss. En réalité, le Dracaufeu semblait être le symbole de la premier génération.

Comme vous pouvez le voir à droite, il y a aussi un Tortank et, comme vous ne pouvez pas le voir grâce à un excellent cadrage, il y a également un Florizarre. Tous trois sont entourés par leur évolution de base, à savoir Salamèche, Carapuce et Bulbizarre.

On suppose que, plus loin dans le jeu, il sera nécessaire d’avoir un Pokémon capable de gérer chacun des types ennemis, mais dans l’immédiat… Eh bien, attaquez en bourrin, tout simplement.

Les objectifs

On ne va pas se le cacher, on n’est pas sûrs d’avoir tout compris à ce niveau là. Déjà, tout est écrit en japonais, ça aide pas, et en plus on a oublié de surveiller notre nombre de gemmes avant l’instance.

Du coup deux possibilités : soit le premier rapporte 20 gemmes (il s’agit sans doute de finir l’instance) et chaque sous-objectif en rapporte 5, soit les sous-objectifs n’en sont pas, et le premier est en fait le total des gains possibles. On penche plus pour la première option vu que ça se valide de haut en bas.

En tout cas, ce sera votre seule récompense ! Mais vu que dans l’immédiat on ne sait pas à quoi servent les Pokédollars et les Gemmes, finalement, c’est peut-être un bon gros cadeau.

Le recyclage de Pokémon

Dit comme ça c’est un peu sale, mais on retrouve le même système que dans Pokemon GO : si ce Pokemon ne vous est pas utile, envoyez le au broyeur. Du coup, vous pouvez accéder à cette fonction sur la même île sur les tournois, c’est le bâtiment tout à droite.

Vous pouvez sélectionner plusieurs de vos Pokémon en appuyant dessus, pour ma part je ne garde que les meilleurs de chaque espèce. Un peu comme Hitler. Une fois fait, vous cliquez sur le bouton orange, couleur de la validation dans ce jeu apparemment, et le montant gagné s’affiche.

On vous rachète donc vos déchets pour une modique somme en Pokédollars, qui dépend sans doute de la puissance des Pokémons vendus. Dans tous les cas, on a pas réussi à dépasser 200 pendant nos essais. Si aucune fonction pour fusionner les Pokémon ne se montre, comme dans la plupart des RPG mobile, ce sera sans doute le seul moyen d’en tirer profit.

De ce qu’on a pu en voir, il devrait être possible d’améliorer ses Pokémon, du coup cette possibilité n’est pas à écarter, reste à voir comment ce mode de recyclage sera mis à profit pour pousser le joueur à l’utiliser !

Conclusion

On espère quand même que de nouvelles fonctionnalités vont venir s’ajouter parce que, pour l’instant, c’est assez vide… Pour ce qu’on en a compris bien sûr. Il va vraiment nous falloir un bilingue français-japonais dans l’équipe.

On vous rappelle que ce n’est qu’une Alpha Japonaise, sortie aujourd’hui, il y a donc fort à parier que de nombreux éléments sont encore manquants. Déjà, d’autres îles seront certainement à débloquer niveau Instance, et d’autres bâtiments se verront sûrement attribuer une fonctionnalité sur l’île des tournois.

Niveau Graphismes, c’est assez particulier comme vous l’avez vu. Personnellement je n’en suis pas très fan, mais ce n’est pas vraiment gênant en termes d’expérience de jeu. Seulement, c’est vrai qu’on se serait attendu à autre chose que des polygones trop brillants pour un jeu Pokemon.

En tout cas de mon côté j’ai hâte de voir à quoi ça va nous mener !

One comment on “PokéLand : l’Alpha est ouverte au Japon, voici comment bien démarrer ce petit jeu

  1. Tiens, encore un jeu dans l’univers de Pokémon. Tu expliques très bien le déroulement du jeu et ça a l’air facile à comprendre. Ça me donne envie de l’essayer pour voir ce que ça donne vraiment.

Laisser un commentaire